ssiers d'actu'

5 Juin 2018

Lutter contre la sclérose en plaques avec l’océan comme territoire d’expression


Le 14 avril 2018, Thibaut Vauchel-Camus, skipper vainqueur de The Transat 2016 dans la catégorie des Class40, a baptisé un trimaran de la classe des Multi50, « Solidaires En Peloton – ARSEP ».
 
Ce nouveau voilier portera les couleurs de la Fondation ARSEP, dédiée aux patients et à la recherche sur la Sclérose En Plaques (SEP), tout au long de la saison 2018 du navigateur.

 

Lutter contre la sclérose en plaques avec l’océan comme territoire d’expression

Le 14 avril 2018, Thibaut Vauchel-Camus, skipper vainqueur de The Transat 2016 dans la catégorie des Class40, a baptisé un trimaran de la classe des Multi50, « Solidaires En Peloton – ARSEP ».
 
Ce nouveau voilier portera les couleurs de la Fondation ARSEP, dédiée aux patients et à la recherche sur la Sclérose En Plaques (SEP), tout au long de la saison 2018 du navigateur.

Avec un trimaran de 50 pieds, vous passez à la vitesse supérieure. Quels sont vos objectifs sportifs avec ce nouveau navire ?

Thibaut Vauchel-Camus. – Ce grand voilier sera pourvu des dernières technologies océaniques qui lui permettront de « décoller » ! L’objectif est de prendre les départs de la Route du Rhum 2018, la Transat Jacques Vabre 2019, The Transat et la Transat Québec Saint-Malo 2020 en étant le porte-voix de la Fondation ARSEP pour sensibiliser le plus grand nombre à la sclérose en plaques. Avec un bateau aussi performant, nous disposons de bons atouts.

Plus le bateau est performant, mieux nous serons placés à l’arrivée. Nous bénéficierons, par conséquent, de l’attention des médias et l’impact de notre communication pourra avoir un rayonnement national et international. Nous ferons ainsi sortir de l’ombre cette maladie méconnue et « invisible » qu’est la sclérose en plaques.

Quelles sont les autres actions menées ?

TVC. – En parallèle du défi sportif, nous accueillons tout au long de la saison des patients afin d’échanger et de leur faire vivre une expérience en mer lors d’une navigation à bord du trimaran.

La présence du bateau dans les différents ports de départ et d’arrivée des courses permet de sensibiliser les publics à la lutte contre la sclérose en plaques. Des événements directement organisés sur les villages de courses sont autant d’incitations à la générosité du public et des mécènes. Ce fut par exemple le cas lors du baptême du bateau à Saint-Malo.

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous engager dans ce projet aux côtés de la Fondation ARSEP ?

TVC. – Mon projet n’est pas que sportif, il sert aussi une cause. Certains de mes proches sont concernés par la sclérose en plaques. J’ai appris que la vie du patient s’apparente à celle du marin. L’un doit faire face aux aléas de la maladie, l’autre doit s’adapter à la météo et l’un comme l’autre sont confrontés à l’isolement. Quoi qu’il arrive, l’un et l’autre n’ont d’autre choix que de continuer à avancer.

Mon engagement est donc né pour vaincre la sclérose en plaques et partager des valeurs de combativité avec les 100 000 patients français diagnostiqués1. Nous allons enchaîner les navigations ensemble et faire connaître cette maladie à tous via notre aventure commune.

Défi Voile Solidaires en Peloton – Baptême du Multi50

Quel regard portez-vous sur le soutien apporté par Sanofi Genzyme ?

TVC. – Pour le Défi Voile Solidaires En Peloton, c’est très motivant et porteur de sens d’avoir une grande entreprise de santé comme partenaire. Depuis 2014, date de l’engagement du laboratoire, j’ai rencontré des équipes humaines et sensibles à notre double défi : lutter contre la SEP et traverser les océans en course.