gagements

23/11/2016

Bon usage des antibiotiques et antibiorésistance : une méconnaissance préocuppante des moins de 35 ans

 

Bon usage des antibiotiques et antibiorésistance : une méconnaissance préocuppante des moins de 35 ans

D’après les résultats de l’étude Opinion Way pour Sanofi « Attitudes des Français vis à vis des antibiotiques »

Paris – Le 18 novembre 2016. A l’occasion de la journée européenne d’information sur les antibiotiques, Sanofi dévoile aujourd’hui les résultats d’une enquête menée par Opinionway auprès de 1 000 français, âgés de 18 ans et plus pour décrypter leur attitude vis à vis des antibiotiques.

La découverte des antibiotiques en 1928 avec une utilisation large dans les années 40 a considérablement révolutionné la médecine et a permis de soigner de nombreuses maladies bactériennes telles que la tuberculose, la peste, la pneumonie, certaines infections de la peau (abcès, panaris…), génitales ouurinaires (cystite, pyélonéphrite…). Depuis, leur utilisation en excès a favorisé en grande partie l’émergence de résistances bactériennes qui représente aujourd’hui un enjeu majeur de santé publique. En 2013, la
France se situait parmi les pays plus consommateurs d’antibiotiques en Europe.1

Cette enquête révèle des différences générationnelles dans l’attitude et le degré d’information des français vis-à-vis des antibiotiques, et montre que la demande spontanée d’antibiotiques existe toujours chez lespatients face à leur médecin.

Des antibiotiques encore trop demandés par les patients à leur médecin

Bien que 78% des français aient déjà entendu parler de la résistance bactérienne aux antibiotiques, le « réflexe antibiotique » reste toujours présent chez les patients : 40% déclarent demander un antibiotique à leur médecin lorsque ce dernier leur diagnostique une maladie virale (de type angine par exemple). Les antibiotiques n’ont pourtant pas d’efficacité contre les virus.

Un manque d’information notamment chez les moins de 35 ans

L’enquête révèle un manque de compréhension de l’intérêt des antibiotiques chez les français âgés de moins de 35 ans. 37% des 25-34 ans pensent en effet qu’un traitement antibiotique guérit les maladies virales et 16% des 18-24 ans pensent qu’un traitement antibiotique ne guérit ni les maladies bactériennes, ni les virales.

Par ailleurs, cette génération ne semble pas informée sur le bon usage des antibiotiques ni sur l’antibiorésistance puisque 41% des 25-34 ans ne suivent pas un traitement avec un antibiotique pendant toute la durée prescrite, contre 25% chez l’ensemble des français. Alors que ceux-ci sont informés à 78% sur l’antibiorésistance, ils ne sont que 66% chez les 18-34 ans à avoir déjà entendu parler de la résistance bactérienne aux antibiotiques.

A l’heure où la France est l’un des premiers pays d’Europe en matière de consommation d’antibiotique, la méconnaissance de ces traitements chez les moins de 35 ans, et ce, malgré de nombreuses campagnes destinées au grand public, est préoccupante. ” commente le Dr Aurélien Dinh, spécialiste en pathologies infectieuses et tropicales à l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris (APHP).
En effet, sans une prise de conscience des jeunes générations sur la nécessité de lutter contre la résistance bactérienne, le combat sera plus difficile. Les institutions et les médecins ne pourront lutter seuls. Il est donc essentiel, comme le souligne cette étude, de développer l’information et la participation de l’ensemble de la société, avec l’implication des différents acteurs de santé et des sciences humaines, pour aider à la prise de conscience et ainsi préserver l’efficacité des antibiotiques.” a conclu le Dr Aurélien Dinh.

Sanofi s’engage pour une antibiothérapie responsable

Face à ce défi de santé publique, en tant qu’acteur impliqué, Sanofi s’engage depuis plus de 50 ans à développer le bon usage des antibiotiques notamment : 

• En préservant l’efficacité des antibiotiques par un soutien à la surveillance épidémiologique régulière de l’évolution de la sensibilité bactérienne aux antibiotiques et par un accompagnement des professionnels de santé aux bonnes pratiques en antibiothérapie, et ce, par la mise en place de programmes d’information adaptés autour du bon usage. Dans ce contexte, Sanofi a lancé en 2015 un site internet d’information www.antibio-responsable.fr, avec des contenus conçus par des experts scientifiques pour les professionnels de santé (en accès réservé) et le grand public. Les contenus destinés au grand public visent à accompagner les patients dans une consommation responsable des antibiotiques, avec des éclairages sur les maladies qui nécessitent un
traitement antibiotique, leur utilité et la résistance bactérienne.

• En développant de nouvelles stratégies de lutte contre les infections bactériennes sévères par la recherche de nouveaux antibiotiques avec de nouveaux modes d’action actifs sur les bactéries résistantes, de nouveaux produits pour la prise en charge spécifique d’infections lourdes difficiles à traiter ou de prophylaxie non-vaccinale des infections pour les populations vulnérables. 

• En mettant à disposition des traitements innovants et abordables contre la tuberculose, la malaria et d’autres maladies parasitaires tropicales et en développant des molécules antivirales focalisées sur le besoin d’éradication des infections chroniques, notamment celles au virus de l’hépatite B, et sur les infections émergentes (Chikungunya, etc). 

• En mettant au point des vaccins et produits immunisants contre une grande variété d’infections bactériennes, virales ou parasitaires.

Sanofi développe des molécules et vaccins en s’appuyant sur 3 structures : l’unité Thérapeutique Maladies Infectieuses basée à Marcy-l’Etoile en France (69) au cœur d’un écosystème de référence internationale et historique dans la recherche sur les maladies infectieuses (Lyon Biopôle), Sanofi Pasteur, la branche vaccin du groupe Sanofi et la structure « Accès aux Médicaments » responsable de développer et distribuer des molécules, notamment dans le domaine de l’infectiologie, pour les pays émergents.

1. L’évolution des consommations d’antibiotiques en France entre 2000 et 2013. Rapport ANSM. Novembre 2014.
* Étude réalisée auprès d’un échantillon de 1 029 Français âgés de 18 ans et plus, du 19 au 20 octobre 2016.